INVESTIR DANS LE GPE

Investir dans le secteur de l’éducation par l’intermédiaire du GPE signifie que de nouvelles ressources sont apportées aux pays qui ont le plus besoin de soutien. Ce type d’investissement s’attaque également — à grande échelle — au coeur de la crise qui touche le secteur de l’éducation en renforçant les systèmes d’éducation pour obtenir des acquis scolaires équitables et de qualité.

Quatre-vingt-neuf pays à revenu faible ou intermédiaire de la tranche inférieure sont admissibles à une aide du GPE. Ensemble, ils réunissent 78 % des enfants qui ne vont pas à l’école dans le monde. Lorsqu’il apporte son soutien, le GPE donne la priorité aux pays les plus pauvres, en particulier à ceux d’entre eux qui sont touchés par la fragilité ou les conflits et à ceux qui présentent les taux d’achèvement les plus faibles.

L’appui financier est motivé par la demande et orienté en vue d’obtenir des résultats en matière d’apprentissage, d’efficience et d’équité. Les financements initiaux soutiennent l’analyse et la planification sectorielles de l’éducation, ce qui permet aux pays de mettre en place des approches corroborées et chiffrées de renforcement de leurs systèmes éducatifs. Ces plans sectoriels de l’éducation préparés rigoureusement dans chaque pays permettent de réaliser des politiques et des interventions efficaces. Ils forment en outre le socle du « plaidoyer pour l’investissement » propre à chaque pays, en fonction duquel il est possible de lever des financements supplémentaires et de les coordonner plus efficacement, qu’ils proviennent des budgets publics ou de contributions extérieures. Le GPE renforce la nécessité de rendre compte en assurant un suivi rigoureux de ses propres financements et en réunissant toutes les parties prenantes (dont la société civile et les organisations d’enseignants) pour soutenir l’élaboration de politiques éducatives publiques, ainsi que leur planification et leur suivi à l’échelle nationale. Outre la valeur de son approche basée sur le principe de partenariat, le GPE est un fonds mondial pour l’éducation qui mobilise des financements — nationaux et internationaux — et propose des financements à grande échelle destinés à soutenir la mise en oeuvre de plans sectoriels de l’éducation.




MESURER LES RÉSULTATS : L’AMÉLIORATION DES RATIOS ÉLÈVES/ENSEIGNANT

Une éducation de qualité exige un enseignant de qualité, mais même le meilleur des enseignants peut éprouver des difficultés lorsqu’il y a tout bonnement trop d’enfants dans sa classe. Le ratio d’élèves par enseignant formé est un moyen de mesurer l’impact de systèmes éducatifs plus solides. Les résultats de 2016

démontrent qu’il reste absolument nécessaire de réduire la taille des classes. Sur ce point, le GPE peut faire la différence : en 2016, 29 % des pays en développement partenaires présentaient un ratio de moins de 40 élèves par enseignant, contre 25 % une année plus tôt.


« L’appui du GPE a permis au Népal d’intensifier ses efforts en élaborant une approche de l’équité fondée sur les besoins qui permet de réduire les disparités par des interventions ciblées. Le GPE a également contribué à établir des données probantes et des analyses étayées pour le plan sectoriel de l’éducation du Népal après le tremblement de terre qui a dévasté le pays. »

Dhaniram Paudel Ministre de l’Éducation, Népal

Les financements pour la mise en oeuvre de plans sectoriels de l’éducation sont structurés de manière à produire des changements et à se concentrer sur les résultats. Ils sont subordonnés, d’une part, à un plan sectoriel de l’éducation de grande qualité, évalué de façon indépendante et qui couvre spécifiquement les besoins en matière de données et les systèmes de gestion des informations, d’autre part à l’augmentation des dépenses publiques du pays dans le secteur de l’éducation (ou leur maintien à un niveau élevé). Le GPE applique la référence internationalement reconnue de 20 % de dépenses publiques pour l’éducation, et il encourage à utiliser au moins 45 % de celles-ci dans l’enseignement primaire.

Le financement est fondé sur les résultats de manière à encourager la réalisation des priorités définies dans le plan de l’éducation. Le décaissement de 30 % du montant des financements, chacun s’élevant à plusieurs millions de dollars, est subordonné à l’obtention des résultats préalablement convenus dans trois domaines : l’équité, l’efficience et les acquis scolaires.

LE MODÈLE DE FINANCEMENT FONDÉ SUR LES RÉSULTATS DU GPE

70%

Conditions préalables à l’appui:

  • Plan sectoriel de qualité
  • Engagement en faveur d’un financement national
  • Système de données
30%

Tranche de performance liée aux résultats dans les domaines de:

  • l’équité
  • l’efficience
  • les acquis scolaires

« Les déplacements de populations rendent l’éducation essentielle. Elle offre aux enfants de l’espoir à un moment où ils en ont le plus besoin. Elle leur permet d’acquérir des compétences qui seront plus tard leur planche de salut. Le GPE apporte un soutien primordial aux pays en leur permettant d’intégrer des enfants réfugiés dans les écoles locales et en offrant des possibilités d’apprentissage à tous les enfants. Nous pouvons le faire. Leur avenir en dépend. »

Filippo Grandi Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés

KENYA
Améliorer les données pour améliorer les acquis scolaires

Dans les années à venir, le Kenya devrait réaliser des progrès importants dans le secteur de l’éducation du fait d’un financement national que le pays a fixé à plus de 20 % des dépenses publiques générales et qu’il s’est engagé à maintenir pour le secteur de l’éducation, en complément d’un effort important visant à améliorer les acquis scolaires et à favoriser la participation dynamique de la société civile. Cette amélioration est soutenue par un financement du GPE de 88,4 millions de dollars destiné à renforcer les compétences en calcul chez les enfants des 1re et 2e années. En lien avec un programme sur la lecture soutenu par USAID et le DFID, le programme du GPE a permis de distribuer plus de 6 millions de manuels et de guides de l’enseignant, et aura formé 60 000 enseignants aux nouvelles méthodes d’enseignement d’ici la fin du programme. Le ministère réfléchit à la meilleure manière de préserver et d’élargir les bénéfices tirés du programme du GPE — c’est à ce niveau que les systèmes de données jouent un rôle aussi crucial. À cet effet, le GPE soutient un système amélioré de gestion des informations sur l’éducation de telle sorte que les décisions politiques et programmatiques soient fondées sur des données fiables et que des dizaines de millions d’enfants scolarisés aient ainsi davantage de chances de recevoir une éducation de qualité.

Photo Credit: GPE/Mediabase

TCHAD
Participer à l’éducation d’un nombre croissant d’enfants réfugiés, sans oublier les siens

Le Tchad est voisin de pays secoués par des conflits et il subit encore les répercussions de la famine et de la crise financière qui ont récemment frappé toute la région du Sahel. En conséquence, ce pays qui figure parmi les plus pauvres au monde accueillait environ 400 000 réfugiés au début de l’année 201718. Le GPE alloue près de la moitié de ses financements au soutien de l’éducation dans les pays touchés par la fragilité ou les conflits.
Il a ainsi soutenu les efforts du Tchad visant à améliorer un système scolaire qui était déjà faible avant même l’arrivée massive de réfugiés.
Dans la seule région du lac Tchad, où se concentrent les réfugiés, 62 % des enfants tchadiens n’étaient pas scolarisés, la taille moyenne des classes dans le primaire s’établissait à 75 enfants et le taux d’analphabétisme adulte s’élevait à 96 %. Avec le soutien du GPE, le Tchad ne se contente pas de répondre aux besoins humanitaires immédiats des réfugiés qu’il accueille : il crée également une infrastructure plus solide et plus pérenne pour le secteur de l’éducation, dont pourront bénéficier aussi bien les Tchadiens que les réfugiés. Ce soutien comprend les éléments suivants: la construction de 86 salles de classe et infrastructures de base; l’alimentation et la nutrition; 60 000 nouveaux manuels scolaires adaptés sur le plan culturel ; une formation pour accroître le nombre d’enseignants qualifiés et s’assurer ainsi que les enfants scolarisés acquièrent réellement des connaissances. Le financement du GPE bénéficiera à 8 500 enfants de la région du lac Tchad.

Photo Credit: Educate a Child

L’ACTION DU GPE

Au niveau mondial, le GPE oeuvre à renforcer l’engagement politique en faveur de l’éducation, à améliorer son financement, à coordonner l’action des partenaires et à faciliter l’échange de connaissances et d’innovations. Au niveau national, l’approche du GPE établit un lien étroit entre la planification du secteur, son financement et la responsabilité mutuelle dans tout le partenariat en vue de renforcer les systèmes éducatifs et d’obtenir des acquis scolaires supérieurs et plus équitables.

ÉCHELON MONDIAL

  • Mobilisation de financements
  • Activités de sensibilisation
  • Coordination internationale
  • Échange de connaissances et d’innovations

ÉCHELLE NATIONALE

  • Meilleure planification sectorielle
  • Financement centré sur les résultats
  • Amélioration du dialogue sur l’action à mener et de la responsabilité mutuelle

ETHIOPIA
Travailler sur la qualité dans l’enseignement et l’apprentissage

Depuis qu’elle a rejoint le GPE en 2004, l’Éthiopie a reçu quatre financements pour un total de 337 millions de dollars, dans le but de soutenir le Programme d’amélioration de la qualité de l’éducation générale (GEQIP) du pays19. Le programme est une réforme nationale qui vise à améliorer les conditions d’enseignement et d’apprentissage dans 40 000 écoles primaires et secondaires, et à amplifier les capacités du système éducatif. Grâce au financement du GPE, plus de 100 000 enseignants du primaire et 17 000 enseignants du secondaire améliorent leurs qualifications en passant d’un certificat obtenu en un an à un diplôme en trois ans. De 2006 à 2013, le pourcentage d’enseignants qualifiés en activité est passé de 3 % à 44 % pour les classes allant de la 1ère à la 4e année, et de 53 % à 92 % pour les classes allant de la 5e à la 8e année.

Le financement du GPE a aidé les autorités éthiopiennes à atteindre leur objectif ambitieux d’un manuel scolaire par élève en 2013, en fournissant 146 millions de manuels à tous les élèves des écoles primaires et secondaires dans les principales matières. Le programme GEQIP a également établi des normes de qualité pour le contenu des manuels. Il a permis de publier 220 nouveaux titres et de produire des manuels et des guides de l’enseignant dans sept langues, reconnaissant ainsi le fait que les acquis scolaires sont nettement améliorés par une instruction en langue maternelle.

Photo Credit: GPE/Midastouch

TANZANIA-ZANZIBAR
Donner à tous les enfants, y compris les handicapés, l’éducation qu’ils méritent

Le GPE s’est engagé à s’assurer que les gouvernements intègrent des politiques d’éducation inclusive pour les enfants handicapés dans leur planification nationale. À Zanzibar, l’introduction de l’éducation inclusive et les activités de sensibilisation menées par le ministère de l’Éducation et la société civile ont entraîné une évolution positive des attitudes des parents, des enseignants et de la collectivité envers le handicap et les questions d’inclusion. Un financement du GPE à hauteur de 5,2 millions de dollars a contribué à former des centaines d’enseignants de Zanzibar sur les questions d’orientation et de conseil, de détection des besoins spéciaux, de compétences en classe pour l’inclusion, et de gestion des situations de mariage des enfants et de grossesses précoces. Plus de 250 000 manuels d’apprentissage pour l’éducation inclusive ont été distribués aux écoles, et les enfants dans le besoin ont reçu des lunettes et des appareils auditifs. Zanzibar a revu ses politiques sur le handicap et a créé un Conseil national pour les personnes handicapées et un Département du handicap, intégré au Bureau du Premier Vice-Président du gouvernement. Ces entités permettent aux chargés de liaison des différents ministères de veiller à ce que les droits et les besoins des personnes handicapées soient pris en compte dans les plans, les stratégies et les programmes des autorités.

Photo Credit: UNICEF Burundi




FAVORISER L’AUGMENTATION DES FINANCEMENTS NATIONAUX

Les budgets publics nationaux sont à la base du financement de l’éducation. L’aide internationale demeure cruciale pour assurer la prestation des services dans les pays à faible revenu. Dans de nombreux pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure, cet appui joue un rôle précieux d’accélérateur du changement. Le GPE est déterminé à améliorer les financements nationaux et à prendre des mesures pour inciter les pays en développement partenaires à produire des plans sectoriels de l’éducation économiquement viables, à accroître les allocations budgétaires nationales et à améliorer la qualité de leurs dépenses dans le secteur de l’éducation. Les ministères de l’Éducation accueillent favorablement l’appui du GPE destiné à renforcer l’efficacité et l’efficience du financement de l’éducation, parce qu’il contribue à l’augmentation des budgets en collaboration avec les ministères des Finances, tout en permettant une meilleure utilisation d’autres concours extérieurs.

Les pays en développement partenaires intensifient leurs engagements nationaux. Comme le montrent les graphiques ci-dessous, entre 2002 et 2013, les pays en développement partenaires du GPE ont augmenté leurs

dépenses dans le secteur de l’éducation, représentées en part des dépenses publiques totales, passant de 15,2 % en 2002 à 16,6 % en 2013. Cette hausse était plus de trois fois supérieure à la hausse moyenne dans tous les pays à revenu faible ou intermédiaire.
De plus, dans les pays partenaires du GPE où les données étaient disponibles, l’augmentation des dépenses d’éducation en pourcentage du produit intérieur brut était deux fois supérieure à l’augmentation moyenne dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Cela représente une part très importante du financement additionnel destiné à l’éducation et ces chiffres montrent clairement que le GPE favorise l’augmentation des ressources nationales allouées à l’éducation, tout en promouvant des possibilités de vie meilleure pour les enfants dans les pays en développement.

En 2015, là où les données étaient disponibles, 53 % des pays en développement partenaires du GPE, dont 45 % de pays fragiles ou touchés par un conflit, ont consacré au moins 20 % de leurs dépenses publiques totales au secteur de l’éducation.


LES PAYS PARTENAIRES DU GPE ACCROISSENT LEUR FINANCEMENT NATIONAL DE L’ÉDUCATION PLUS RAPIDEMENT QUE LA MOYENNE20