NOUVEAU CADRE DE MOBILISATION ET D’ALLOCATION DE FINANCEMENTS DU GPE

Le GPE s’est doté en mars 2017 d’un nouveau cadre de mobilisation et d’allocation de financements. Ce cadre inclut la création d’un fonds à effet de levier s’inscrivant dans une nouvelle démarche évolutive dont l’objet est de mobiliser des financements nettement supérieurs venant de sources plus diversifiées. Ce cadre prévoit des investissements dans d’importants biens publics à l’échelle mondiale, notamment dans des outils d’échange d’innovations et de connaissances qui n’étaient précédemment pas inclus dans l’aide à l’éducation. Il fait aussi la promotion de l’engagement politique en faveur de l’éducation par l’entremise d’un nouveau fonds spécial de financement des activités de sensibilisation et de responsabilisation sociale.

Le cadre crée des possibilités de nouveaux partenariats qui attireront des ressources précédemment non exploitées venant aussi bien de sources publiques que privées dans le secteur de l’éducation. Il mise sur l’aptitude du GPE à mettre en commun les financements destinés aux pays dont les besoins sont les plus criants en élargissant les critères d’admissibilité et en créant un nouveau fonds qui incitera les administrations nationales à mobiliser des financements additionnels pour soutenir leurs plans sectoriels. Une méthode perfectionnée de formulation d’argumentaires en faveur de l’investissement dans le secteur de l’éducation à l’échelon national sera également adoptée. Elle encouragera de nouvelles
ressources qui seront mieux alignées sur les priorités des plans sectoriels de l’éducation nationaux.

Le nouveau cadre de mobilisation et d’allocation de financements permet de mieux diriger les financements du GPE vers les pays et les communautés dont les besoins sont les plus criants. Quatre-vingtneuf pays à faible revenu et à revenu intermédiaire de la tranche inférieure sont désormais admissibles aux financements pour l’analyse et le renforcement de leurs plans sectoriels de l’éducation. Soixantesept pays peuvent aussi présenter des demandes de financements de montants importants pour mettre en oeuvre leurs plans sectoriels de l’éducation. Les sommes sont allouées en fonction des besoins et sont fondées sur les taux d’achèvement du primaire et du secondaire et sur la situation économique (produit intérieur brut par habitant). Un avantage additionnel est donné aux pays touchés par la fragilité ou les conflits15.
L’ensemble des 89 pays ont aussi accès au nouveau fonds à effet de levier.

« Nous allons amplifier les investissements et la coopération internationale pour permettre à tous les enfants d’avoir accès à une éducation préscolaire, primaire et secondaire gratuite, équitable, inclusive et de qualité, notamment grâce à des initiatives de renforcement des activités et de déploiement à grande échelle – telles que le Partenariat mondial pour l’éducation. »

Programme d’action d’Addis-Abeba issu de la Troisième Conférence internationale sur le financement du développement, juillet 2015




CADRE DE MOBILISATION ET D’ALLOCATION DE FINANCEMENTS DU GPE

En sus des financements de base du Fonds du GPE consacrés à l’analyse du secteur éducatif, à l’élaboration de plans sectoriels de l’éducation et à leur mise en oeuvre, le cadre de mobilisation et d’allocation de financements comprend trois nouveaux éléments.


Fonds à effet de levier

Ce fonds est en fait une réserve de fonds dédiés qui vise à inciter les pays à faible revenu et ceux de la tranche inférieure des pays à revenu intermédiaire à mobiliser des financements supplémentaires auprès d’autres sources telles que les banques de développement multilatérales, les bailleurs de fonds bilatéraux et les investisseurs du secteur privé. Le GPE offrira des financements additionnels aux administrations qui démontrent la complémentarité des financements et font la preuve de l’existence de cofinancements provenant de sources extérieures à hauteur d’au moins trois dollars pour chaque dollar de financement apporté par le GPE. Le fonds à effet de levier réunira ainsi

des financements supplémentaires qui appuieront la mise en oeuvre de plans sectoriels de l’éducation de qualité supérieure. Le GPE collabore étroitement avec la Banque mondiale, la Banque islamique de développement et la Banque africaine de développement, et d’autres banques de développement régionales devraient se joindre au mouvement. Le fonds à effet de levier comprend aussi un mécanisme d’acheminement des financements venant de la Facilité pour le financement de l’éducation de la Commission de l’éducation et destinés à appuyer les plans sectoriels.


Les progrès de l’éducation reposent sur la capacité des administrations en place dans les pays en développement d’élaborer de meilleures politiques, d’accroître l’utilisation des données et des analyses et de tirer des leçons de l’expérience d’autres pays. En dédiant des fonds aux échanges de connaissances et d’innovations, le GPE consignera et partagera les expériences de l’ensemble des pays partenaires de manière à rehausser et à financer les démarches les plus novatrices, spécialement en matière d’équité et d’apprentissage. Les premiers investissements

ont été concentrés sur: 1) le renforcement des systèmes d’évaluation de l’apprentissage, 2) l’intégration de systèmes plus efficaces d’éducation et de soins de la petite enfance dans les plans sectoriels de l’éducation et les politiques publiques, et 3) la prise en compte de l’égalité des sexes dans la planification sectorielle. Les financements sont attribués en fonction des besoins définis par les pays en développement partenaires et appuient surtout les activités à l’échelle mondiale et transnationale.


L’obtention de résultats durables à long terme dans l’apprentissage des enfants exige que les dirigeants politiques s’engagent à donner la priorité à l’éducation et à y investir plus de ressources. Un engagement plus soutenu de la société civile — groupes de réflexion, instituts de recherche, organisations non gouvernementales, etc. — est essentiel à la création de la volonté politique nécessaire à l’adoption de

politiques éclairées, de méthodes judicieuses et de démarches inclusives. Ce fonds finance deux programmes complémentaires : l’un axé sur la responsabilité sociale au niveau des pays, l’autre sur la promotion d’activités de plaidoyer à l’échelle mondiale et internationale au sujet de questions telles que l’efficacité de l’aide, le financement et les synergies intersectorielles.


CADRE DE MOBILISATION ET D’ALLOCATION DE FINANCEMENTS DU GPE

Vestine Nyirazuba, enseignante préscolaire à l’école Jean-de-la-Mennais située dans une région rurale du Rwanda, travaille individuellement et en groupe avec ses élèves.

« L’éducation de la petite enfance est importante parce qu’elle stimule le développement du cerveau et des talents des enfants. Ils apprennent à créer et à manipuler différentes choses, ce qui les prépare à l’école primaire », indique-t-elle.

Le GPE encourage les pays à se concentrer sur l’éducation et la protection de la petite enfance afin que les enfants arrivent à l’âge de cinq ans sans retard de développement et d’accroître les taux d’inscription au cycle préscolaire.

© GPE/Alexandra Humme